BlogCulture

SEMA, un film sur la survie par des survivantes

673views

SEMA est un film poignant qui brise le silence sur les violences sexuelles en zone de conflit.
Il s’agit d’un métrage innovant, écrit et joué par des survivantes dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Le synopsis

SEMA raconte l’histoire de deux survivantes de violences sexuelles, Matunmaini (Sandra BONVE ) et Kimia (Armande MAHABI).

Sorti le 19 juin 2020, ce film de 45 minutes, accessible gratuitement sur YouTube, est un puissant cri du cœur. En effet, SEMA qui signifie « parler », en langue Swahili, langue de tournage.

Le contexte 

Les conflits en RDC sont caractérisés par l’utilisation des violences sexuelles comme arme de guerre. Les agresseurs terrorisent ainsi la population. Les viols entraînent de nombreux dommages physiques et psychologiques aux victimes, sans oublier la stigmatisation et la difficulté d’obtenir justice.

C’est dans ce contexte, que l’Hopital Panzi, et le Dr Denis MUKWEGE (l’homme qui répare les femmes) avec le courage des victimes, ont lancé le Mouvement National des Survivant.e.s de Violences Sexuelles en RDC.

L’idée de ce film est née de la volonté d’élever la voix des survivant.e.s.

La réalisation 

Réalisé par Macherie EKWA BAHANGO et écrit par plus de 60 survivantes de viols, le film est tourné par une équipe exclusivement composée de jeunes congolais. La plupart des rôles sont d’ailleurs incarnés par les survivant.e.s eux-mêmes.

Tournage SEMA
SEMA – Tournage

Dénoncer et guérir 

L’objectif du film est de montrer comment c’est dur pour une victime de devoir vivre avec ces atrocités qu’elle a connues, mais aussi de devoir affronter le regard des autres.

Maud-Salomé Ekila, directrice de production de SEMA.

D’une part, SEMA est un instrument de sensibilisation destiné aux communautés où le viol sévit. Le film est également « destiné aux pays occidentaux d’où partent tous les conflits », d’après la directrice de production.

D’autre part, il s’agit d’un plaidoyer en faveur de l’égalité des sexes, de l’accès des jeunes filles à l’éducation ainsi que d’un système judiciaire juste. C’est une tribune pour les victimes qui réclament justice et réparation.

Pour les acteurs, la participation à ce tournage a constitué une véritable thérapie.

Ce film fait partie du processus de guérison vu que les survivantes arrivaient à faire ressortir leur douleur. Également, ce film donne plus d’espoirs et plus de forces à la victime, car elle arrive à briser le silence et à parler de ce qui lui est arrivé. Elle arrive surtout à dire qu’elle ne veut plus que ça se répète.

Tatiana MUKANIRE, coordonnatrice du Mouvement National des Survivantes des Violences Sexuelles.

 

La bande annonce 

 

Le lien de visonnage du film sur Youtube.

 

SEMA a déjà remporté le prix du « Best DC Independant Film Festival » et fait partie de plusieurs sélections (« Nice International Film Festival », l’ « Africa Film Festival » etc).

 

N’hésitez pas à suivre et soutenir les différents acteurs impliqués dans ce projet et qui agissent au quotidien dans la lutte contre les violences sexuelles  en RDC :

 

Leave a Response

X